30 Apr

Le Karma

7cfe212d-eabb-44b0-8825-12518cd4668f

 

J’entends parfois certains de mes étudiants aborder avec sourire mais parfois avec appréhension aussi la notion de Karma : « j’ai un bon karma, j’ai un mauvais karma, j’expie les fautes de vies antérieures etc… »

Même si selon la philosophie védique entre autres, il est évident que notre âme, le meilleur de nous même, survit à l’enveloppe charnelle, la méditation que j’enseigne est orientée vers l’amélioration de cette vie ci, les antérieures si elles existent étant passées, on ne peut guère les modifier, et les vies suivantes, dans la même hypothèse, se préparent dès l’instant pendant lequel vous lisez ces lignes.

En effet, loin de désigner un destin inéluctable, le Karma met au contraire l’emphase sur notre capacité immense de choisir et de créer à chaque instant notre destin.  Karma signifie « action » en sanskrit.  Qu’on le veuille ou non, la majorité de ce que nous sommes aujourd’hui est la conséquence d’actions, donc de choix, conscients ou inconscients que nous avons posé par le passé.

Pour créer un futur heureux, la loi du Karma propose trois pistes :

  • La première, c’est d’être témoin de ses choix, soit à chaque fois que l’on fait quelque chose, se rendre compte du choix que l’on pose et des autres options qui s’ouvrent à nous.
  • Chaque fois que l’on doit prendre une décision se poser les deux questions suivantes :

o    “Quelles sont les conséquences du choix que je suis en train de faire ?” et

o    “Apportera t-il satisfaction et bonheur à moi-même comme à tous ceux qui en seront affectés ?”

 

  • Écouter les réactions de son corps. Si le choix que l’on s’apprête à faire apporte du confort physique alors on pourra s’y abandonner. Dans le cas contraire, il est nécessaire de réexaminer les conséquences de son action.

L’action consciente devient donc l’outil permanent de création d’un présent et d’un futur meilleur.  La bonne nouvelle c’est qu’une pratique régulière de la méditation nous amène immanquablement à cet état d’observateur bienveillant de nos vies qui nous fait prendre, pour nous-même et autrui des choix judicieux.

Alors, n’ayez plus peur, agissez… en conscience !

Frédéric

30 Apr

Companies that Practice “Conscious Capitalism” Perform 10x Better

If you had told me, when I was attending college during the height of the Vietnam War, and the heyday of the counterculture, that several of the most inspiring days of my life would someday be spent with a group of CEOs of large companies, I would have said you were nuts. But that’s exactly what I experienced last week, at a small gathering sponsored by an organization called Conscious Capitalism Inc. and held at the Esalen Institute in Big Sur, California.

Even today, “conscious” and “capitalism” remain unlikely bedfellows. Both are freighted words that have come to stand for fundamentally different worldviews. Capitalism is associated with individualism, personal ambition, the accumulation of wealth and power, and an identity grounded in external accomplishment. The word conscious, or more specifically consciousness, is associated with self-awareness, personal development, the greater good, and a worldview that eschews competition, hierarchy, and materialism.

The thesis of conscious capitalism — outlined in a new book of the same title by John Mackey, founder and co-CEO of Whole Foods, and his thought partner, Raj Sisodia, a business professor — is that capitalism can be a force both for economic and social good. Or as Bill George, former CEO of Medtronics, puts it in the book’s introduction: “Well run, values-centered businesses can contribute to humankind in more tangible ways than any other organization in society.”

I don’t kid myself about the unenlightened and even cruel ways capitalism has been practiced by many companies: accumulating wealth for a few while paying most employees subsistence wages; fighting regulation while blithely degrading the environment; avoiding taxes and ignoring responsibilities for the communities in which they’re based. The truth is I meet few CEOs or senior executives at large companies who seem to have a vision much beyond the next quarter’s earnings, or a sense of responsibility and commitment to their employees, customers, suppliers, and communities that equals their focus on their shareholders.

But I did last week. Even more than anything the eight CEOs I met had to say — and much of it was inspiring — I felt moved by them as people. They made no demands to be treated as “special” during the conference. We all stayed in simple quarters, with no access to cell phone service. They listened when others spoke. And they invested three days with one another for no other reason I could discern than to learn, and build a community of like-minded colleagues.

At the most basic level, consciousness simply means being conscious of more. That begins with self-awareness — the willingness to look inside, to acknowledge our limitations, uncertainties and fears, and to take responsibility for our actions. Mackey has drawn some critical attention for his libertarian views, and I found myself debating with him frequently over the three days. But I also found him to be open, real, vulnerable, and deeply committed to growing and becoming more conscious. How many leaders would be willing to say, as Mackey does: “The company was unable to grow until I was able to evolve — in other words I was holding the company back. My personal growth enabled the company also to evolve.”

I also admire leaders who put their money where their mouths are. The Container Store’s CEO Kip Tindell explained why he pays full-time sales employees a minimum of nearly $50,000 a year — approximately double the average for retail stores. Put simply, Tindell believes the best and most motivated employees, which he says the store is consistently able to attract, are three times as productive as an average worker. One of the payoffs is a turnover rate under 20 percent — a fraction of the turnover that most of his retail competitors endure.

Consciousness is also about being socially conscious — recognizing and taking responsibility for the needs of the larger community. Blake Mycoskie, who founded Tom’s Shoes at age 26, talked about the profitable business he’s built on a model of giving a pair of shoes to a child in need for each pair of shoes the company sells.Shubhro Sen, who leads people development for Tata, the huge, privately-owned Indian conglomerate, described the founding tenet of the company that endures to this day: “We earn our profits from society and they should go back into society.” Most of the company today is owned by philanthropic trusts.

I took away from these three days a very clear and inspiring message. It’s not necessary to choose up sides between consciousness and capitalism, self-interest and the broader interest, or personal development and service to others. Rather, they’re each inextricably connected, and they all serve one another.

Raj Sisodia looked at 28 companies he identified as the most conscious — “firms of endearment” as he terms them — based on characteristics such as their stated purpose, generosity of compensation, quality of customer service, investment in their communities, and impact on the environment.

The 18 publicly traded companies out of the 28 outperformed the S&P 500 index by a factor of 10.5 over the years 1996-2011. And why, in the end, should that be a surprise? Conscious companies treat their stakeholders better. As a consequence, their suppliers are happier to do business with them. Employees are more engaged, productive, and likely to stay. These companies are more welcome in their communities and their customers are more satisfied and loyal. The most conscious companies give more, and they get more in return. The inescapable conclusion: it pays to care, widely and deeply.

Tony Schwartz

https://hbr.org/2013/04/companies-that-practice-conscious-capitalism-perform

 

 

 

11 Apr

Le bonheur au travail

burn-out-collegue-410

Le travail….tout le monde aujourd’hui a peur de perdre son travail, peur de la crise.

Un nombre croissant d’entre nous est sans emploi et souffre d’un modèle économique qui a disparu, celui de l’emploi à vie.

Le travail fournit un moyen de subsistance voire d’opulence financière, la reconnaissance dans son milieu de travail et social au sens large, nous donne une place dans la société.

 Que se passe-t-il quand ce mode de travail disparaît?

Les moyens de subsistance disparaissent, la reconnaissance fait place à l’isolement et la place dans la société, le sens d’une grosse partie de notre vie, disparaît brutalement.

 On peut alors regretter ce mode de travail, ce qui est légitime.

Nous voyons tous les jours la détresse créée par cette situation: grèves, flux migratoires, désespoir, manifestations souvent légitimes, contre un système qui nous oppresse mais que nous entretenons par nos modes de consommation, si tant est que l’on en ait encore les moyens.

 À un certain moment, on peut aussi se poser les questions suivantes:

” A qui puis-je être utile? “

 “Quelles sont mes qualités naturelles, peut-être très simples, que je peux mettre au service des autres et qui leur produiront satisfaction et l’envie de me rémunérer, sans me demander un autre effort que celui de travailler avec passion à ce que j’aime faire? “

burn-out-collegue-410

 La réponse ne vient pas toujours tout de suite, elle met du temps, parfois beaucoup.  Cependant, elle peut émerger rapidement dans l’action: par le jeu d’essai et d’erreur, de jobs parfois temporaires ou par des formations.

En se souvenant de ce qui nous plaît de faire et que l’on fait bien, en changeant sans doute de fonction, d’entreprise, de statut (salarié, indépendant), on finit par trouver.

 Cela peut aussi demander de lâcher les représentations que l’on a du travail idéal (je veux être ceci ou cela, parce que ça paye bien, parce dans ma famille on fait comme ça…), de diminuer son train de vie, de ne pas ou moins s’endetter pour une voiture, une maison ou des vacances, de se libérer au maximum du système financier esclavagiste actuel pour découvrir simplement ce que nous faisons bien indépendamment de tout conditionnement social.

 Si nous faisons  quelque-chose de bien au service d’autrui, ou si nous décidons de faire ce que nous faisons habituellement, non plus en pensant seulement à nous et à nos peurs. Mais aussi en ayant la volonté de servir tout ceux qui sont affectés par notre travail, tout prend un sens, qui est  celui du bonheur, ici et maintenant, pas demain, ni au Grand Soir, pas lorsque j’aurais ceci ou cela, juste le bonheur de servir maintenant autrui en vivant de sa passion et de ses talents.

Frédéric Hambÿe

04 Apr

Le mindfulness au service de la créativité.

Au micro, Frédéric revient pour la seconde fois. Après avoir parlé précédemment de ce que nous apporte le mindfulness en termes de lâcher prise et de distance relative, Frédéric nous parle d’exemple concrets et même de compétences qui peuvent être développées grâce à cette approche.  La créativité, l’orientation solution et bien d’autres compétences recherchées par bon nombre d’entreprises peuvent également être développées par le mindfulness…

Ce podcast est surprenant de simplicité et en devient donc réellement convaincant!

Bonne écoute.

23 Mar

Pourquoi tout le monde médite dans la Sillicon Valley aujourd’hui?

Meditating team portrait

Meditating team portraitAu 21e siècle, la prise de conscience du bien-être auquel nous nous reconnectons pendant la méditation est plus précieuse que jamais. Notre rythme de vie s’est accéléré, et chaque jour, nous sommes bombardés de plus d’informations et de stimuli que nos ancêtres n’en recevaient toute leur vie durant.

Sans surprise, le nombre de personnes souffrant de stress, d’anxiété, d’insomnie et de problèmes de santé chroniques reliés au stress (cancer, maladies cardio vasculaires etc…) est à la hausse.  Le burn-out en Belgique est en passe d’être reconnu comme maladie professionnelle.  Le stress joue un rôle important dans l’apparition et le développement de cette pathologie de plus en plus fréquente en entreprise.

Cependant, la recherche médicale clinique révèle, quand vous méditez, votre respiration ralentit, votre pression artérielle baisse, vos systèmes immunitaires et digestifs fonctionnent à nouveau normalement et vos niveaux d’hormones de stress retombent, réduisant d’autant les facteurs des maladies de civilisation induite par ces pathologies : obésité, diabète, burn-out, certains cancers, infections etc…

Au quotidien, méditer nous connecte de plus en plus à une paix profonde, une conscience élargie et la découverte du meilleur qui préexiste en chacun d’entre nous.  De là, la méditation permet le développement de l’intelligence émotionnelle soit comprendre et compatir plus facilement envers  soi-même, ses clients, ses collègues, patrons et employés.  Les relations avec autrui et nous-mêmes sont largement améliorées. La méditation est aussi une alternative à la méthode de réduction du stress “vin rouge & cheeseburger”, nocive pour la santé.

Ensuite, la méditation nous apporte, dans la paix d’esprit qu’elle nous procure, une clairvoyance et une intelligence accrue de la réalité.  La méditation nous fait nous concentrer sur la seule réalité tangible, le présent et ses questions à résoudre.  Le passé et sont lots de ressentiments et de peur ainsi que le futurs et son lot d’incertitudes nous influencent de moins en moins.

La méditation nous permet de prendre conscience des choix que nous faisons à chaque instant de ce moment présent et de leurs conséquences sur nous même et notre environnement professionnel.  Nous découvrons dans cette attention au présent ce pour quoi nous sommes vraiment faits dans notre métier, voire dans un autre.  Nous utilisons avec plaisir nos talents naturels plutôt que de nous forcer à faire avec moins de réussite ce pourquoi nous sommes moins naturellement doués.  Cette combinaison de talents naturels et de travail en tenant compte de toutes les parties prenantes provoque un cercle vertueux de succès.  Enfin, à force de prendre de plus en plus régulièrement les bonnes décisions, au contact de cette meilleure partie de nous-mêmes, le succès professionnel vient naturellement.

Tout cela se déploie naturellement, sans effort mais juste animé de l’énergie qui nous envahit quand nous travaillons avec passion à ce qui nous motive vraiment.

Bonne journée au travail, et qu’elle soit animée par la passion de mettre au service des autres le meilleur de vous-même.

Frédéric.

07 Mar

La méditation au service des entreprises

La méditation au service des entreprises, une approche ayant déjà convaincu certains CEO.

Au micro,  Frédéric vous présente sa vision du bien être au sein des entreprises.

Frédéric parle de la distance raisonnable pour relativiser les situations de stress, d’agilité de l’esprit, de clairvoyance sur nos propres actes, de représentation mentales à lever pour accueillir plus facilement ce qui nous convient et ne pas chercher systématiquement à évacuer ce qui ne nous convient pas.

La méditation au service des entreprises et des travailleurs, une technique qui porte ses fruits, Frédéric Hambye en est convaincu et nous en parle avec passion.